Vous êtes ici : » Accueil» Réseaux socials » WhatsApp : Aucun type de communication en ligne ne peut être 100% privé

Whatsapp

WhatsApp : Aucun type de communication en ligne ne peut être 100% privé

(Dernière mise à jour le: 11 septembre 2021)

Pour Kaspersky, le principe même de la messagerie électronique ne garantit jamais pleinement le secret des conversations. Et le cryptage de bout en bout notamment vanté par WhatsApp et ses concurrents n’y change rien. L’éditeur russe explique qu’une distinction des termes employés autour de ce nouveau scandale potentiel doit être faite.

La publication, mardi, de l’enquête de ProPublica pointant du doigt la possible entorse faite au cryptage de bout en bout par WhatsApp, a fait réagir le spécialiste de la cybersécurité, Kaspersky. L’éditeur de solutions décide de rétablir quelques vérités autour des révélations du média américain, qui explique, dans son papier, « comment Facebook compromet la protection de la vie privée des 2 milliards d’utilisateurs de WhatsApp ». Kaspersky explique notamment que l’accès du service à certains messages par des modérateurs ne remet pas en cause, d’un point de vue technique, le cryptage de bout en bout (E2E).

Des personnes ont « faussement conclu » que la pratique annulait le cryptage de bout en bout, explique Kaspersy

Selon ProPublica, les obligations légales imposées par l’État américain poussent WhatsApp à visionner les messages et contenus signalés, grâce à une petite armée de 1 000 modérateurs basés aux États-Unis, en Irlande et à Singapour qui, aidés par l’intelligence artificielle, scrutent et signalent à leur tour auprès des autorités américaines tout contenu pouvant avoir des répercussions pénalement importantes.

Expert sécurité chez Kaspersky, Victor Chebyshev nous dit que « de nombreuses personnes ont faussement conclu que ce règlement annule le cryptage de bout en bout ». Et le spécialiste de rappeler que « selon les conditions générales de WhatsApp, si un utilisateur se plaint de contenus inappropriés ou du compte d’une personne, le service a alors accès à ses messages récents ». Conclusion première donc : techniquement, le cryptage de bout en bout n’est pas remis en cause, en tout cas pas jusqu’au signalement.

Pour l’expert, il n’est donc « pas réaliste de prétendre que WhatsApp a accès à exactement cinq messages récents », comme on peut le lire dans l’enquête de ProPublica.

Faire bien attention aux termes employés

Kaspersky insiste sur un détail particulier : celui des termes utilisés qui, confondus, peuvent donner lieu à des informations erronées. Le cryptage de bout en bout et le bouton « Signaler » de WhatsApp sont guidés par des algorithmes totalement différents.

« Le cryptage de bout en bout donne à l’utilisateur et au destinataire une clé spéciale pour déverrouiller et lire les messages », explique Victor Chebyshev. Mais attention, car si la plateforme injecte ce cryptage, cela n’empêche pas une personne d’envoyer des messages privés d’une conversation à quelqu’un d’autre, et ce, à l’insu de son interlocuteur.

Le principe est le même pour le signalement. « Après avoir appuyé sur le bouton “Signaler”, les modérateurs de WhatsApp n’ont pas accès à toutes vos données et ne les collectent pas », ajoute l’expert de Kaspersky. Les modérateurs de la messagerie reçoivent les informations fournies par la personne qui émet l’alerte, seulement après leur signalement. Cependant, « il n’y a pas encore de preuve technique concernant cette allégation », nuance l’éditeur russe, qui ne se base que sur les conditions générales de WhatsApp, dont on a tous à l’esprit les récents remous.

Une communication en ligne 100 % privée, ça n’existe pas

Alors évidemment, cette révélation découlant de la modération des conversations ou comptes signalés fait remonter à la surface les problèmes de confidentialité de la messagerie du groupe Facebook. Déjà en juin dernier, le stockage d’une partie des conversations auprès de services tiers fut pointé du doigt, avec les potentielles conséquences que l’on a tous en tête (fuite, monétisation des informations, etc.).

Kaspersky l’affirme : « Aucun type de communication en ligne ne peut être absolument 100 % privé ». Ce constat semble teinté aussi bien de gravité que de lucidité. « La présence d’un système de cryptage la confiance dans une application sont deux choses complètement différentes », insiste-t-on du côté de l’éditeur. Se pose alors une question de confiance, celle accordée à la personne avec laquelle vous conversez sur WhatsApp. Mais là, c’est une autre question. « Même la discussion la plus secrète et la plus protégée peut être photographiée », ajoute Victor Chebyshev. Et là aussi, l’inverse est tout aussi vrai. Car le cryptage de l’échange de bout en bout n’empêchera pas la personne avec laquelle vous échangez d’envoyer votre message à une autre.

La coïncidence veut qu’il y a à peine un peu plus d’une semaine, WhatsApp a été condamnée à une amende de 225 millions d’euros par la Data Protection Commission, la « CNIL irlandaise », qui reproche à la plateforme de ne pas remplir ses obligations de transparence (vis-à-vis du RGPD) en matière d’informations aux utilisateurs. WhatsApp et la confidentialité, un couple qui doit donc encore apprendre à se connaître.

SeeSoon

Technicien supérieur en Informatique, Amateur en électronique Administrateur du site milbako, + 30 ans d'expériences. Je ne suis pas un spécialiste, contrairement à ce qu\'on essaie parfois de me faire croire. Je ne suis d\'ailleurs spécialiste en rien, ce qui est en accord avec ce que j\'essaye de me faire croire. Je suis simplement bricoleur et me suis fait quelques idées au fil des ans. Ne prenez pas pour argent comptant tout ce que je peux dire ici ou ailleurs sur ce site, et continuez de chercher, naviguez, comparez, bref, soyez vous-même. Avec milbako Soyez audacieux et prenez l\'initiative et faites le premier pas et avancez vers la réalisation de vos rêves, de l\'aide vous trouverez par tout dans ce site ça je le garantis...

View all posts by SeeSoon →

Laisser un commentaire

Translate »